Titre modèle


Accueil
Parcours
Méthode de radiesthésie
Planches
Contact, échanges
Bibliographie
Gorges dans le haut languedoc

Au début j'étais persuadé que l'individu était un être purement rationnel, limité en haut pas sa tête, en bas par ses pieds avec un petit quelque chose de spirituel quelque part...

Mais je me suis vite rendu compte que l'individu est tout sauf rationnel, il agit souvent en fonction de schémas qu'il a adopté au cours de sa vie, différents d'un individu à l'autre, le faisant paraître illogique pour certains. Et surtout la limite de son influence va au delà de son corps, une partie de lui échange une multitude de choses avec son environnement!

J'ai été étonné lorsque j'ai étudié la chimie des médicaments par l'évolution de la démarche scientifique : au tout début, on essayait systématiquement les nouvelles molécules synthétisées sur le vivant pour analyser leurs effets. Puis on a remarqué comment on pouvait obtenir des fonctions équivalentes entre deux molécules en changeant certains groupements atomiques. Maintenant on étudie la pharmacopée des chamanes de tous pays pour extraire les principes actifs et les améliorer à la fois en efficacité et en simplicité de synthèse.

Mais et les chamanes, comment ils ont fait au début? Ils tenaient des colloques en se déplaçant sur le dos des ptérodactyles et ils faisaient des expérimentations sur les animaux? Ou alors comme je le pense ils communiquaient avec ce qui les entoure? Je vous invite à ce propos à lire le livre de Thomas E. Mails "L'homme médecine des sioux, Fools Crow" et à prendre connaissance avec cet homme plein de sagesse.

Et par où passent le magnétisme et les projections mentales utilisées dans la radiesthésie à distance? Parce que c'est quand même troublant de constater que le magnétisme et les échanges énergétiques marchent aussi bien à quelques centimètres qu'à plusieurs centaines de kilomètres! Dans notre monde physique, les champs qui s'exercent sont tous inversement proportionnels à la distance ou au carré de la distance!...

Donc déjà là il y a un vide au niveau de la compréhension, mais si on regarde du côté de la science physique, ça ne s'arrange pas : il y a au moins 90% de la matière de l'univers qui échappe encore à nos meilleurs instruments de mesure! On sait que cette matière est là pour assurer la cohérence de l'ensemble mais pour le moment, on ne peut ni la voir ni même la peser! De son côté l'homme est constitué à partir des briques de matière de l'univers... pourquoi serait-il différent de l'univers dont il fait partie ? Quelle drôlerie de constater que lorsque je prends le thé avec une amie qui ferait 20 kilos de moins que moi, il y a quand même 1 tonne et 300 kg de matière qui nous accompagne sur le canapé et par chance nous n'avons pas l'impression de la porter... c'est déjà ça!

Aux dernières nouvelles, certaines particules commencent à nous interpeler : dans notre univers (connu par la science) nous sommes limités par la vitesse de la lumière. Maintenant il y a ces neutrinos qui vont plus vite. Ils sont étranges ces neutrinos : ils sont capables de traverser la terre sans broncher. Est-ce que le neutrino fait partie de notre univers ou est-il présent ailleurs où les constituants vont plus vite ? Imaginez qu'il soit freiné à force de laisser sa trace dans notre univers, un peu comme la craie que nous tenons en main et qui laisse une trace sur un tableau noir ? Est-il là pour nous conduire sur le chemin d'univers "subtils"... où pourrait s'exprimer une partie de notre réalité ?

Mais il y a d'autres choses étonnantes : si on s'intéresse aux coïncidences, vous y croyez vous que c'est dû au hasard? Parce là ma vie en est pleine. Quels seraient les probabilités pour que les choses suivantes arrivent :

- 6 ans après je bouscule un ancien copain de terminale un matin en plein Paris.

- les gardiens de l'immeuble dans lequel je loue une chambre de bonne en plein coeur de Paris sont cousins avec une amie qui habite au fin fond de la Beauce.

- je retrouve un radiesthésiste qui habite dans la même rue que l'oncle d'une amie dans un petit village perdu près de Vierzon et il n'y a que 3 maisons dans cette rue!

- je retrouve une copine perdue de vue depuis 5 ans aux sports d'hiver dans un restaurant d'altitude lorsque son plateau repas bute contre le mien.

- etc...

Qu'est-ce qui peut bien nous pousser à nous retrouver là ou à parler de choses et d'autres pour découvrir ce qui nous lie? Il a bon dos le hasard, vous ne croyez pas?

Alors y a-t-il d'autres dimensions accrochées à nous, ou peut être que nous sommes comme un iceberg qui nous montre 10% de son volume total? Tiens au fait, elle est amusante cette image, les 90% sont dans l'eau, et l'eau c'est souvent lié à l'inconscient pour les psychanalystes...

Quand on est à la surface, on ne les voit pas ces 90% de matière et pourtant ils sont bien là, ou peut être que si nous savions mieux utiliser nos yeux...

Donc dans mon modèle, nous sommes une conscience et cette conscience se projète sous une apparence physique de la même façon qu'une particule quantique quand on l'observe. Quoi de plus naturel sachant que les briques élémentaires qui nous constituent sont des particules quantiques? Par quel hasard pourrions nous être différents des éléments qui nous composent? Et pourquoi devrions-nous être limités à ce que la science observe actuellement, elle qui se demande encore où est ce qui lui manque?

Imaginez un immeuble de 10 étages, comment pourrait-on établir un dictat existentiel rationnel à partir du moment ou notre "rationnalité" se limite à la connaissance du rez de chaussée, sans même se rendre compte qu'il y a un escalier? Peut être qu'il y a une salle informatique avec un accès internet au 3 ème, une salle de jeu au 5ème, une piscine au 6ème, une salle de téléportation au 8ème, un héliport au 9ème, une passerelle avec l'immeuble d'à côté au 2ème étage, etc... Et à chaque étage ses problèmes : au rez de chaussée on se fiche des voisins du dessous (normal...), au 7ème on se fiche éperdument des inondations, etc...

En tout cas il y a des choses, qui se passent dans les étages, qui semblent "anormales" vu du rez de chaussée! Parce que le mal de dos que j'ai pu soulager à Forcalquier (à plus de 800 km de Nantes où j'habite) ou la source que j'ai trouvé sur le terrain avant de le voir ou alors l'analyse que je peux faire à partir d'une photo numérique, il faut bien que ça passe par un chemin ou par un autre, alors si j'étais doué dans l'art de la manipulation, pourquoi pas mais comment le concilier avec ma formation ou avec mon métier d'ingénieur réseau : une liaison de télécommunication de 800 km, on sait parfaitement combien ça coute, par où ça passe, quelle quantité d'énergie il faut lui fournir tout au long du trajet pour régénérer le signal et quel temps il faut pour aller d'un bout à l'autre. Alors que dans les étages, c'est le flou artistique... mais ça marche quand même.. enfin quand ça veut bien!

Et c'est là où ça gène : ça marche d'autant mieux qu'on laisse le processus marcher tout seul! Ou alors peut-être que ce qu'on appelle la volonté a de la valeur pour les seuls habitants du rez de chaussée et le fait de l'exercer reviendrait à dire aux habitants des étages qu'il faut prendre les escaliers, enlever ses chaussons et marcher sur le sol pour se déplacer d'un immeuble à l'autre, alors qu'en temps normal ils utilisent un autre chemin sans se préoccuper des escaliers...

Tiens tout à coup je viens de penser à Gallilé : et pourtant elle tourne... Il a dû se trouver gêné quand il a cherché à expliquer à des ignares que la terre tournait! Depuis c'est quand même admis et tout le monde trouve cela normal qu'elle tienne toute seule sans pied pour la poser sur une table, mais les contradicteurs sont toujours là, et pour longtemps encore!...

Au fait quand on parle de la terre, nous sommes censés être apparus dans le flot d'une explosion initiale, sorte de gros pétard énergétique qui est de plus en plus proche de la vision des anciens taoïstes chinois, jusque là certaines personnes reconnues par leurs pairs dans le monde scientifique nous abreuvent de ces histoires, on peut donc les croire... Mais les taoïstes qui ne connaissaient pas les calculs relativistes ont découvert ça par hasard? Il a bon dos le hasard, alors servirait-il d'excuse dès que nous abordons le domaine de la conscience que nous avons perdue?

Tout ça pour dire que mon modèle existentiel est peut être étonnant comme la rotation de la terre dans le temps mais c'est une théorie et elle a le mérite au moins de fournir un chaînon manquant pour arriver à expliquer qu'il se passe des choses... qui nous dépassent!

Donc dans mon modèle existentiel, il y a tout d'abord une conscience et à un moment elle va décider de se projeter dans le monde matériel, un peu comme une tortue de mer qui vient respirer à la surface... et tiens une naissance.

Pendant toute sa vie l'être va pouvoir échanger de l'information avec les autres, mais d'une façon globale : dans ce qu'on appelle la réalité physique et aussi dans les autres dimensions associées. Et jusqu'où vont ces échanges, est-ce qu'il y a partout une gentille collaboration ou peut-on rencontrer des conflits comme chez nous?

Par exemple regardez deux champions de tennis qui s'affrontent : ils ont presque la même force mais à un moment il y en a un qui va prendre le dessus sur l'autre et ça peut changer plusieurs fois. Y a-t-il un espace d'échange où l'un et l'autre essayent de prendre tous les draps pour expliquer ce qu'on voit? Dans ces moments on a l'habitude de dire tiens il y en a un qui a un mental plus fort que l'autre, et un mental c'est où? Ça ne se pèse pas, ça ne se mesure pas, alors le combat, le vrai, il s'est passé où? Parce que ce qu'on voit, c'est peut être le résultat d'une lutte qui s'est passée à un autre niveau!

Et quand on travaille sous les ordres d'un chef charismatique, qu'est-ce que ça veut dire? Qu'on va vers lui parce qu'on l'admire ou qu'il nous fagocite pour nous diriger à sa guise, mais cela se passe où?

De la même façon dans notre famille il y a parfois un peu de ça avec ceux qui ont un caractère fort : ils finissent par diriger tout le monde, et souvent autour on s'adapte comme on peut... Mais tout ça finit par se compliquer au moment de la mort, la conscience qui avait été habituée à déborder pour venir occuper l'immeuble de l'autre pourrait continuer à le faire et comme l'autre a été habitué à le subir, il pourrait même faciliter l'ancrage au moment du décès.

Ce qui fait que l'être matériel pourrait être relié à deux consciences (ou plus!...) qui pourraient se répartir la relation : à un moment tu commandes, à un autre c'est moi. De même lorsque la vie d'un parent est remplie de non dits, ça pourrait se présenter sous forme de valises qui viennent occuper de la place dans les étages des autres et ainsi perturber la circulation. Et que fait-on lorsqu'on a des valises qui prennent de la place chez soi après le décès du propriétaire? Tôt ou tard on va regarder ce qu'il y a dedans et on enrichit son inconscient d'un bout d'existence qui vient d'un autre!

Maintenant comment vit-on un décès? Dans le temps on prenait le temps de dire au revoir, de parler et de nettoyer ce qu'il y avait à la traîne. Certaines langues en profitaient même pour se délier, pour vider les valises qui appartenaient au décédé. Mais voilà les temps ont changé, la mort est de plus en plus cachée à la famille vu qu'elle intervient souvent à un endroit où tout est fait pour la combattre : à l'hôpital, alors le travail de deuil n'est plus fait et les valises ou pollutions s'accumulent!

Voilà en gros le modèle qui me semble le plus parlant pour traduire les influences mises en évidence avec la psychogénéalogie, qui a à mon avis de beaux jours devant elle tant qu'on continuera à cultiver la schizophrénie actuelle en ignorant la vie dans toute sa globalité.

Et que vient faire la radiesthésie au milieu de tout cela? Elle permet de guider celui qui accompagne l'autre en recherchant les présences polluantes par une mesure du taux d'intégrité de la personne : si on trouve moins de 100%, à qui appartient ce qui manque? Et c'est peut être en dehors de la famille, parfois un bon ami qui souhaite entraîner un être à prendre sa suite va perturber un enfant d'une famille proche, il suffit qu'il décède pendant une grossesse et le voila sur le bébé qui va naître!...

De même on peut rechercher les valises, combien il y en a et que contiennent-elles?...

Il y a tout plein de possibilités d'investigations radiesthésiques et une fois le "problème" cerné, le pendule peut même orienter tout ce petit monde vers une libération tout d'abord de celui qui continue à errer à la traîne (pourquoi lui, que fuit-il, de quoi a-t-il peur, etc...) pour finir par celui qui est habité!

Et quelle libération lorsque tout ce petit monde reprend sa place, à commencer par le vivant qui se sent plus léger, avec un taux vibratoire qui remonte, jusqu'à des problèmes physiques qui disparaissent! Le vivant après cela nourrit une seule conscience, alors il vit mieux, il a plus d'énergie et surtout il remarque assez rapidement que ses réactions sont homogènes tout en lui appartenant totalement.

Voila vous en savez un peu plus maintenant sur ce que je pense de la vie et sur l'intérêt de la radiesthésie appliquée dans le domaine de la psychogénéalogie.


Accueil Parcours Modèle existentiel Méthode de radiesthésie Planches Contact, échanges Bibliographie